Liberté de conscience en Belgique
Header

Être ubuntu

21 février 2014 | Posté par Thibaut dans la catégorie Actualités | Non classé

Nelson Mandela a suscité l’admiration de la plupart de nos contemporains : cet homme, après avoir passé vingt-sept ans en prison, n’a gardé ni rancœur ni haine envers ceux qui l’y ont mis. Au contraire, il en a profité pour prêcher la réconciliation et le dialogue.

Bien que très discret sur ses convictions religieuses et philosophiques, il a parlé à quelques reprises de la philosophie d’ubuntu dans laquelle il a été élevé.

Ce terme est bien connu des informaticiens, pour lesquels il désigne un programme concurrençant Microsoft Windows, totalement gratuit et à disposition de tous afin que chacun puisse l’améliorer à l’infini.

Le mot « ubuntu » vient d’une langue bantoue de l’Afrique du Sud. Il ne peut pas être traduit par un seul mot français. Il désigne une notion mêlant humanisme, amour du prochain, empathie, sentiment d’appartenir à l’humanité et à un grand tout.

Monseigneur Desmond Tutu, archevêque anglican sud-africain, en parle ainsi :

« Quelqu’un d’ubuntu est ouvert et disponible pour les autres, dévoué aux autres, ne se sent pas menacé parce que les autres sont capables et bons car il ou elle possède sa propre estime de soi — qui vient de la connaissance qu’il ou elle a d’appartenir à quelque chose de plus grand — et qu’il ou elle est diminué quand les autres sont diminués ou humiliés, quand les autres sont torturés ou opprimés. »

Cette notion est aux antipodes de la compétition permanente avec ses congénères, à l’extrême opposé d' »écraser pour ne pas être dépassé ». Cette conception n’a rien à voir avec l’attitude de quelqu’un se sentant faible et méfiant.  Tout au contraire…

C’est la conscience de ne pas être isolé en tant qu’individu, mais d’être une partie de l’humanité, de la planète, de l’univers, de la Vie et aussi, tout simplement, de sa ville, de son quartier, de sa famille… d’être intégré à un ensemble.

Une personnalité telle que Nelson Mandela est de toute évidence l’antithèse d’un dictateur mégalomane.

Combien l’humanité a-t-elle compté de psychopathes qui ont eu pour seul but, leur vie durant, de conquérir, asservir, dominer, écraser leurs voisins, concurrents, « ennemis » ou supposés tels ? Rien d’ubuntu dans leur conception du monde et de l’humanité, mais peur paranoïaque de l’autre ! Peur de n’être plus rien si les autres devenaient plus forts et plus puissants.

Puisse cette attitude ubuntu devenir un modèle pour chaque être humain et contribuer à l’avènement de la paix sur Terre.

Share

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez retrolien.