Liberté de conscience en Belgique
Header

La liberté religieuse se dégrade partout dans le monde

16 novembre 2014 | Posté par Thibaut dans la catégorie Actualités | Non classé

L’AED (Aide à l’Eglise en détresse) est une fondation catholique dont le but est de venir en aide aux chrétiens persécutés, menacés ou réfugiés partout dans le monde. Travaillant avec des journalistes et des chercheurs, cet organisme est très au fait des persécutions et des discriminations religieuses sur n’importe quelle partie du globe.

Ils publient régulièrement un rapport sur l’état de la liberté religieuse dans le monde dont le dernier a été présenté le 3 novembre dernier. Ce rapport affirme que sur les 196 pays étudiés, 55 (soit 28%) ont vu leur situation se dégrader au cours des deux dernières années. Les états dans lesquels la liberté religieuse est, d’une façon ou d’une autre, entravée représentent désormais 60% du total. Le rapport épingle notamment vingt pays qui sont regroupés dans la catégorie « haute intolérance ». On y trouve l’Irak, la Syrie, le Pakistan, le Nigeria et la Chine.

La plupart des persécutions sont dues à l’extrémisme musulman (dont sont d’ailleurs victimes d’autres musulmans) et à des régimes autoritaires.

Bien que catholiques, les auteurs du rapport s’attachent à dénoncer les discriminations contre toutes minorités religieuses, même non chrétiennes. A côté des violences atroces commises dans certains pays, ils évoquent également les nombreux actes antisémites ou dirigés contre des musulmans dans des pays européens. Le directeur de l’AED France, Marc Fromager, a déclaré : « Il nous est apparu qu’une des meilleures manières de défendre la liberté religieuse pour les chrétiens était de la défendre pour tous. »

Pour la Belgique, le rapport mentionne l’interdiction du voile islamique, qui peut être maintenant étendu aux entreprises si l’employeur le désire. Il parle aussi d’une proposition faite en 2013 de supprimer les cours de religion tels qu’ils sont donnés actuellement pour les remplacer par des cours généraux sur l’histoire des croyances. Il aborde aussi la publication d’un guide officiel de l’Instruction publique critiquant certains passages de la Bible comme étant des obstacles à la lutte contre l’homophobie.

Ces discriminations « locales » sont, bien sûr, sans aucune mesure avec les persécutions vécues par des minorités religieuses dans des pays totalitaires, mais elles n’en violent pas moins la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Le président du Comité de rédaction de ce rapport, Peter Sefton-Williams, a déclaré à ce sujet : « À la base de notre rapport (…) il y a l’idée d’un « droit oublié », ou dont on ne parle guère, qui est l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948*. L’article 18 est sur  la liberté religieuse, soit le droit à pratiquer sa propre foi. Notre culture est obsédée par les droits civils. Nous passons notre temps à nous occuper des droits des homosexuels, des femmes, des minorités ethniques ; mais le droit à la liberté religieuse semble être oublié, et surtout les hommes politiques, semble-t-il, ne veulent pas en parler. » (gras ajouté par la rédaction)

C’est un constat que l’on peut faire dans plusieurs de nos pays. Il n’est pas question ici de remettre en question les autres libertés, que ce soit la liberté de pensée, la liberté d’expression ou la liberté d’opinion, ni de nier les autres discriminations, que ce soit celles faites en raison de la race, de la couleur, du sexe, de la langue ou de quoi que ce soit d’autres. Mais on peut remarquer que les medias sont plus enclins à dénoncer des agressions homophobes ou sexistes plutôt que les attaques contre des minorités religieuses. Il est de bon ton de se moquer de l’Eglise catholique ou de faire des caricatures de prophètes, mais il est mal vu d’ironiser sur les gays.

En conclusion, restons vigilants pour défendre la liberté de religion et la promouvoir contre vents et marées, telle qu’elle est garantie dans nos textes fondamentaux, comme la Déclaration universelle des droits de l’homme ou la Convention européenne des droits de l’homme.



* Article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites. »

 

Share

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez retrolien.