Liberté de conscience en Belgique
Header

Le Parlement européen aussi veut protéger la liberté de religion

30 juillet 2013 | Posté par Thibaut dans la catégorie Actualités

Après l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, c’est au tour du Parlement européen (instance législative de l’Union européenne) d’adopter un texte pour promouvoir et protéger la liberté de religion ou de conviction.

Ce texte a été adopté à la majorité des voix le 13 juin dernier à Strasbourg.

Bien que l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme établisse fermement la liberté religieuse en Europe, le Parlement a estimé important d’apporter des précisions sur ce que cela inclut et implique… Preuve que cette liberté est précaire et doit être défendue fermement.

La Mivilude et le Parlement Européen

Il est notamment écrit que « (…) la liberté des parents et des tuteurs d’assurer l’éducation religieuse et morale de leurs enfants ne peut être limitée. »  Des voix s’élèvent en effet en Europe pour que les parents ne puissent pas éduquer leurs enfants selon leurs propres convictions. George Fenech, député à l’Assemblée nationale française et ex-président de la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) a même été jusqu’à déclarer que les parents ne sont pas propriétaires de leurs enfants. D’autres élus abondent dans son sens : ils estiment que l’éducation doit rester strictement neutre religieusement et que les enfants devraient attendre d’être adultes pour choisir une religion.

Liberté religieuse et athéisme

Mais neutralité religieuse est-elle synonyme d’athéisme, c’est-à-dire d’éducation sans Dieu (ou dieux) ni spiritualité ? On peut noter que ce texte protège aussi la liberté de parents athées dans un pays où une religion dominerait. Imaginons un pays voulant obliger les enfants à recevoir une éducation chrétienne ou musulmane ; le texte permettra à ces parents de dispenser leurs enfants d’éducation religieuse afin de leur donner une éducation athée ou agnostique.

Plus loin, le texte du Parlement est encore plus explicite : « le droit des parents d’éduquer leurs enfants selon leurs convictions religieuses ou non religieuses inclut leur droit de refuser toute forme d’ingérence indue qu’exerceraient des acteurs publics ou privés dans leur éducation et qui iraient à l’encontre de leurs convictions religieuses ou non religieuses. »

Le cas de la Belgique

La Belgique, en ce domaine, peut se vanter de donner le bon exemple, avec la liberté pour les parents de choisir le cours de religion pour leurs enfants, à condition, bien sûr, que leur croyance  soit l’une des sept reconnues officiellement. La situation est moins bonne dans d’autres pays de notre continent. Il suffit de penser par exemple aux difficultés que rencontrent les protestants ou les catholiques dans certains pays à large majorité orthodoxe, dans lesquels les non-orthodoxes sont considérés quasiment comme des ennemis du pays.

Nous ne pouvons donc que saluer l’adoption de ce texte par le Parlement européen et souhaiter qu’il prenne valeur de loi dans les mois qui viennent. Pour cela il devra être approuvé par le Conseil et la Commission européenne.

Nous vous invitons à lire ce document à l’adresse ci-dessous :

http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT%2BTA%2BP7-TA-2013-0279%2B0%2BDOC%2BXML%2BV0//FR

Share

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez retrolien.