Liberté de conscience en Belgique
Header

Quel arbre de Noël pour la Grand-Place de Bruxelles ?

27 novembre 2012 | Posté par Thibaut dans la catégorie Actualités

La Ville de Bruxelles, dans le cadre des Plaisirs d’Hiver annuels, a décidé cette année de remplacer le traditionnel sapin par une structure métallique appelée « X mas Tree ». Cette œuvre, créée l’année dernière par des artistes français pour le village de Guebwiller en Alsace, sera déployée sur la Grand-Place. Recouverte de toile et de bois, elle sera illuminée de guirlandes de LED. On pourra monter à son sommet, à 25 mètres de hauteur, pour y admirer le centre-ville sur une plate-forme panoramique.

Ce changement suscite une polémique au sein de la population entre les « traditionalistes », partisans du sapin familier, et les « novateurs », adeptes du changement et de la nouveauté. Cela se comprend aisément : ce genre de controverses se produit toujours dès qu’une innovation pointe le bout de son nez. C’est la sempiternelle reproduction de la querelle des Anciens et des Modernes… Et même sans innovation, on trouve toujours des gens qui, justement, se plaignent du manque de changement.

Mais ce qui nous intéresse ici, c’est le glissement de cette polémique du plan artistique vers le plan religieux. Il y a une semaine, une élue locale a parlé de ce choix de la Ville de Bruxelles en regrettant que l’arbre de Noël et la crèche soient rejetés de la Grand-Place. Elle explique que, bien que le sapin ne soit pas un symbole chrétien ou religieux, il est associé à la fête de Noël. Le fait de l’abandonner montre une prise de distance par rapport aux traditions. Elle exprime ensuite sa peur de voir les œufs traditionnels « bannis à Pâques ». Sa prise de position est tout à fait respectable et compréhensible.

En revanche, cette élue a fait une erreur en parlant de la suppression de la crèche, puisque ceci n’a jamais été prévu par la Ville. La crèche sera installée sur la Grand-Place comme chaque année. Or, la crèche, est un symbole religieux. Évoquer son abandon peut effectivement faire croire aux chrétiens que l’on touche à l’essence même de cette fête de Noël qui est la commémoration de la naissance de Jésus. Certaines personnes y ont même vu une attaque… islamique ! Des critiques sont venues alors de toutes parts. Des pétitions ont même été signées pour le maintien du sapin et de la crèche.

Tout cela nous amène à une question essentielle : l’occupation de nos espaces publics. Que peut-on ou doit-on y mettre afin de satisfaire le plus grand nombre sans choquer personne ?

Comme l’admet l’élue locale qui a mis le feu aux poudres, le sapin n’est pas spécialement un symbole religieux. Il a même une origine païenne puisque les arbres à feuilles persistantes symbolisaient déjà le renouveau de la vie dans les fêtes pré-chrétiennes du solstice d’hiver. Il a été ensuite « christianisé » pour s’associer à la célébration de Noël. D’ailleurs, la fête de Noël était destinée à remplacer les festivités qui se déroulaient un peu partout avant l’ère chrétienne pour se réjouir du rallongement des jours à partir du solstice, fin décembre.

Le sapin peut être considéré comme un symbole universel et accepté par les non chrétiens comme symbole de cette période de fêtes. Il peut convenir aussi bien aux laïcs qu’aux fidèles de confessions diverses.

Quant à la crèche, elle est bien sûr le symbole chrétien par excellence, puisqu’elle représente la naissance de Jésus. Force est de reconnaître que nous vivons dans une société de tradition judéo-chrétienne. Cela ne veut pas dire que tous les Belges sont chrétiens, encore moins que tout le monde doit adhérer à la foi chrétienne ni en accepter les préceptes. Mais une crèche ne semble choquer personne en Belgique de la même façon qu’une statue de Bouddha géante ne choque personne en Thaïlande.

En conclusion, pourquoi ne pas considérer l’arbre de Noël, qu’il soit réel ou virtuel , comme un symbole sous lequel et autour duquel tout le monde pourrait se rencontrer dans la joie et le respect mutuel pour cette période de fêtes ? N’est-ce pas là finalement le message de cette tradition multiséculaire que de fraterniser dans un esprit de paix et de tolérance dans l’espoir d’un monde meilleur ?

Share

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez retrolien.