Liberté de conscience en Belgique
Header

Querelle autour du nouveau cours de philosophie et de citoyenneté

5 octobre 2016 | Posté par Thibaut dans la catégorie Actualités | Non classé

Ça y est ! Le nouveau cours de philosophie et de citoyenneté vient de démarrer dans les écoles primaires de l’Enseignement officiel (depuis le 3 octobre).

Nous avions publié l’année dernière un article sur l’avenir incertain des cours de religion dans nos écoles.

Après un an de tractations et de discussions pour trouver un nom à ce nouvel enseignement et choisir de quoi il va traiter, une commission constituée de professeurs d’université, de professeurs de morale et de religion, de spécialistes et d’experts en philosophie et en éducation a élaboré un référentiel pour ce nouveau cours.

Un guide pratique pour les enseignants de cette nouvelle matière est désormais disponible sur le site de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Une heure hebdomadaire de ce cours est obligatoire pour tous les élèves du primaire (et du secondaire aussi à partir de la rentrée scolaire 2017). L’un de ses buts est justement l’apprentissage du « vivre ensemble », quelles que soient les convictions de chacun. De plus, les élèves dispensés de cours de religion et de morale devront suivre une deuxième heure de ce nouvel enseignement.

Ces nouvelles dispositions ont créé d’énormes tensions chez les professeurs de religion et de morale, qui se retrouvent avec moitié moins d’heures que les années précédentes. Pour cette année scolaire qui vient de commencer, les enseignants du nouveau cours de philosophie et de citoyenneté ont été choisis prioritairement parmi les professeurs de religion et de morale. Mais ce ne sera plus le cas à partir de l’année prochaine. De plus, un professeur ne peut pas enseigner ces deux matières dans la même école ou, en tout cas, pas pour les mêmes élèves.

Plusieurs professeurs de religion vivent cette réforme comme un cataclysme. Non seulement beaucoup d’entre eux voient leur salaire diminuer, mais ils se demandent comment ils vont pouvoir assurer des cours de qualité avec moitié moins d’heures. Même son de cloche chez les responsables des différents cultes qui regrettent que l’enseignement de la religion ait été ainsi restreint.

Une brochure éditée par la FAPEO (Fédération des associations de parents d’élèves de l’enseignement officiel) a suscité de vives réactions de la part de nombreux parents et de professeurs de religion. En effet, cette association, censée être neutre, mène campagne pour que les parents demandent que leurs enfants soient dispensés de cours de religion afin qu’ils suivent deux heures de cours de philosophie et de citoyenneté. Luc Pirson, président de la FAPEO, ne cache pas son intention de faire disparaître les cours de religion puisqu’il déclare sans ambages qu’il veillera à ce que les religions « n’exercent pas leur influence au sein de l’école » (interview donnée à La Libre Belgique le 28 septembre 2016).

Mais cela n’a pas provoqué une vague importante de dispenses des cours de religion et de morale, puisque seulement 8% des élèves ont choisi de suivre deux heures du nouveau cours.

D’ailleurs un récent sondage de RTL Info vient de dévoiler que 54% des Belges francophones ne veulent pas que les cours de religion soient supprimés.

Espérons que ces deux enseignements, d’un côté la philosophie et la citoyenneté, de l’autre la religion ou la morale, pourront cohabiter longtemps dans nos écoles sous le signe du respect et de la tolérance.

Share

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez retrolien.