Liberté de conscience en Belgique
Header

Ville de Bruxelles : l’arbitraire remplace-t-il la loi ?

10 janvier 2017 | Posté par Thibaut dans la catégorie Actualités

En décembre dernier, le premier échevin de la Ville de Bruxelles, Alain Courtois, se vantait d’avoir refusé de célébrer huit mariages depuis 2013 (date de son entrée en fonction). Pourquoi ? Parce que les futures mariées avaient refusé de lui serrer la main !

Or, comme le rappelle le Centre interfédéral pour l’égalité des chances, ces annulations sont illégales, puisqu’un officier de l’état-civil ne peut pas refuser de procéder à un mariage à partir du moment où les conditions prévues par le Code civil sont remplies. Mais M. Courtois semble peu respectueux du droit puisqu’il a déclaré à la RTBF, à propos de son attitude : « J’ignore si c’est légal. Mais moi, j’exprime toujours que dans ces circonstances, je ne suis pas en état de marier le couple. Il peut d’ailleurs contester la décision s’il le souhaite. Et la première contestation qu’il peut poser, c’est d’aller se marier ailleurs ! »

Ces déclarations ont causé un choc à Bruxelles et au-delà. Les représentants des autorités sont en effet censés appliquer la loi et seulement la loi… et non agir selon leur humeur ou un quelconque arbitraire. En allant plus loin dans ce sens, pourquoi ne pas refuser de célébrer un mariage si les mariés refusent une coupe de champagne ou une chope de bière ?

Il faut croire que les échevins et les conseillers communaux se serrent les coudes puisque, d’après la presse, le conseil communal de la Ville de Bruxelles devrait adopter le 16 janvier prochain une modification de son règlement général de police afin de réprimander « le manque de respect envers les agents communaux ». Le site d’information 7sur7.be n’hésite pas à qualifier cet amendement de « sur-mesure pour Courtois ». Le premier échevin pourrait alors non seulement continuer de refuser des mariages, mais il pourrait même faire poursuivre la fiancée qui aurait l’outrecuidance de ne pas lui serrer la main !

L’attitude intolérante d’Alain Courtois, ainsi que la possible modification du règlement afin de le couvrir, illustrent l’aplomb de certains élus qui partent en croisade contre les convictions ou pratiques religieuses qui n’ont pas l’heur de leur plaire. Plutôt que de montrer l’exemple de la tolérance et du vivre-ensemble, ils s’arrogent des droits au gré de leurs propres convictions…

Cela rappelle l’incident d’un fonctionnaire de cette même Ville de Bruxelles, Jean-Marie Pire, qui avait, en 2014, arraché le voile d’une princesse qatarie qui avait eu la mauvaise idée de lui demander où se trouvait la Grand-Place.

Alain Courtois, qui invoque le « respect élémentaire » qui lui est dû (selon lui, on doit lui serrer la main), devrait savoir qu’il montre exactement le contraire en ne respectant pas le souhait d’une personne de ne pas le faire…

Share

Vous pouvez suivre les réponses à cet article via le RSS 2.0 Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez retrolien.